La Fontaine Gaillon
« Si l’amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier » l’inoubliable interprète de Vatel mérite d’en être l’un des grands dignitaires, fidèle à ses engagements comme à ses foucades, il avait promis à Laurent Audiot alors Chef de Cuisine chez « Marius et Janette » de donner naissance à un restaurant. En juillet 2003, il a fallu donner corps à ce qui n’était qu’une promesse de comptoir. Le rêve est devenu réalité…
Quatre semaines de fermeture et le restaurant ouvre ses portes. Une volonté que ce soit un endroit où l’on se sente protégé et presque chez soi, une terrasse très italienne et plusieurs petits salons particuliers dont un dédié à Jean Cocteau, des commentaires du poète René Char et quelques lithographies de Masson.
Côté cuisine, ce n’est pas à « La Fontaine Gaillon » que vous croiserez un poulet au Coca Cola ou un granité à la Vache qui Rit. Vous trouverez plutôt l’occasion de vous plonger dans une carte d’un classicisme bon teint comme un pressé de queue de bœuf aux blancs de poireaux, un cochon de lait farci aux herbes et rôti à la broche, un filet de bœuf à la ficelle, une nage de petite marée au safran, un crumble aux abricots et aux amandes, un millefeuille à la vanille…
La carte change au fil des saisons et des approvisionnements journaliers. Elle est élaborée chaque jour en fonction des produits disponibles sur le marché ce qui permet d’offrir à la clientèle des produits d’exception. En cave, vous trouverez une centaine de références. Les vins viennent principalement de petits producteurs de nos régions mais aussi quelques références venant du Maroc, de Sicile …